La question identitaire et les jeunes : mauvais diagnostics

ImageTexte publié dans Le Devoir du 19/04/2014

Dans sa chronique du 12 avril, Michel David avance que Jean-Martin Aussant a réussi à intéresser les jeunes à la souveraineté parce qu’il ne parlait pas d’identité; en effet, dit-il, d’après un rapport rédigé il y a dix ans par trois jeunes députés péquistes, la souveraineté était désormais une idée « dépassée, désuète et vétuste » aux yeux des jeunes Québécois, en partie à cause de la fixation identitaire péquiste.

J’affirme ce qui suit en m’appuyant sur les sources de première main que j’ai accumulées en multipliant les conférences et assemblées de cuisine devant des publics toujours nombreux et dont la moyenne d’âge devait se situer autour de 25-30 ans.

D’abord, ce que les jeunes trouvent dépassé, désuet et vétuste, ce n’est pas l’idée de souveraineté. C’est la manière de faire du Parti québécois auquel ils associent, depuis le début de leur intérêt à la chose politique, l’indépendance du Québec. Lorsqu’on distingue les deux, l’oeil s’ouvre, les questions fusent, l’intérêt revient, comme pour n’importe quelle idée nouvelle. Pour les moins de 35 ans, l’idée est en effet nouvelle : elle ne leur a jamais été présentée en bonne et due forme puisqu’on a cessé de la défendre et de la promouvoir positivement après 1995. Elle ne représente rien d’autre que le projet abstrait d’un des deux gros partis, parti qui fait tout pour conserver le monopole du vote indépendantiste alors même qu’il garde l’option sous le tapis afin de ratisser plus large. C’est comme pour les individus : à force de vouloir plaire à tout le monde, on disparaît, on devient quelqu’un de pâle, sans personnalité, qui ne plaît finalement plus à grand-monde. Et si, en plus, on écrase la concurrence pour s’assurer que la foule n’ait accès à personne d’autre qu’à nous… la soirée risque d’être plate.

Je ne cessais d’être étonnée devant la pusillanimité du PQ, je trouvais ça tellement facile de convaincre le monde. Quelques arguments suffisaient. L’un des leurs, Stéphane Gobeil, a amassé dans « Un gouvernement de trop » des arguments économiques efficaces, facilement utilisables, même pour trois secondes de micro au téléjournal. Pourquoi le PQ ne prenait-il jamais ce trois secondes pour lancer, par exemple : « Les économies qu’on ferait en ne finançant plus deux niveaux de gouvernement seraient supérieures à la péréquation de 2 milliards de dollars »? Obéissait-ils à une obscure loi de l’électoralisme qui dit qu’il vaut toujours mieux ne dire que du vide? Avait-il peur d’être incapable de s’obstiner sur ce qui devrait être son sujet de prédilection, de spécialisation?

Mon idée à moi, c’est que l’électoralisme péquiste a varlopé ce qu’il y avait de fraîcheur et de révolutionnaire dans l’idée d’indépendance – et l’histoire a maintes fois démontré l’attraction presque hormonale entre les jeunes et les idées révolutionnaires. Ceux qui prennent aujourd’hui les décisions au PQ devraient savoir de quoi je parle, eux qui avaient vingt ans lors de la Révolution tranquille.

Ensuite, les jeunes ne fuient pas « l’identitaire ». L’identité est aujourd’hui menacée de toutes parts par de puissants courants mondiaux de standardisation et d’acculturation radicale, et c’est contre ces courants que le Printemps érable s’est dressé en bonne partie. Ce qui n’accroche pas les jeunes dans la défense péquiste de l’identité, c’est, outre sa manière de faire, le type d’identité qui est défendu. Nous n’avons pas vécu aussi fortement que les générations plus âgées les oppressions religieuse, machiste, anglo-saxonne, et cela fait que nous nous réclamons d’une identité différente. En continuité, mais différente. Moins peureuse face à l’Autre en général, qu’il soit musulman ou anglo-canadien. Mais plus désabusée, aussi – contrairement aux boumeurs, nous ne faisons pas le poids démographiquement. Les sondages nous abattent régulièrement. Nous attendons notre tour…

Michel David se trompe, l’argument identitaire n’était pas du tout absent du discours de JMA. Il disait : « À nous de constater : nous avons de quoi être enviés. Regardez ce que nous avons accompli. » Et il sortait les chiffres. Il disait : « La communauté internationale devrait nous compter parmi eux. » Et il sortait les exemples de forums internationaux où la voix du Québec aurait contribué à changer les choses et où, à la place, nous avons payé pour que des délégations canadiennes aillent défendre des intérêts et des valeurs contraires aux nôtres. Il expliquait qu’en gros, jusqu’à maintenant, les Québécois ont préféré les bâtons dans les roues à la chicane, et que malgré ces bâtons dans les roues ils ont réussi à obtenir des résultats économiques (et moraux !) qui feraient des jaloux parmi bien des États riches du globe. Il critiquait rationnellement les mythes médiatiques constamment matraqués dans la tête du monde et les raisons pour lesquelles ils l’étaient. Surtout, il s’adressait à l’intelligence des gens et il a attiré dans son sillage des jeunes gens intelligents. Les moins de 35 ans sont nés dans les pelletées de publicité et de slogans vides qui caractérisent notre monde depuis le début des années 80. Nous sommes passés maîtres dans l’art de départager la sincérité et l’intelligence de la bullshit des vendeurs d’idées creuses et de chars. Une sincérité authentique, directe, est la seule chose qui puisse attirer notre attention au milieu de cet écoeurant fla-fla quotidien.

Quand des jeunes d’Option nationale ont rempli les salles d’université à les en faire craquer, quand ils ont câllé des conférences dans des bars et que les serveurs ne savaient plus où donner de la tête, conquérant un auditoire jeune et enthousiaste, il n’y a eu que quelques personnes d’exception, parmi les indépendantistes plus âgés, pour saluer notre réussite. Le PQ n’a vu qu’un moustique à abattre. Stratégie à court terme, arrogance face aux petits partis, discours peu profonds qui n’accotaient pas les impressionnantes prises de parole articulées, intelligentes et profondément militantes des jeunes du Printemps érable.

On ne défend pas un projet révolutionnaire comme l’indépendance du Québec sans prendre sur soi d’expliquer concrètement, de convaincre et de faire rêver. Je ne vois qu’une seule avenue positive possible pour le PQ : sortir de l’électoralisme et de l’orgueil, retrouver le chemin de la sincérité et inspirer à nouveau. Ça accélèrerait notre marche. Sinon, il nous faudra malheureusement nous unir et nous consolider en dehors de lui, le supplanter et le remplacer. Nous prendrons le temps qu’il faut. Nous avons des décennies devant nous.

Advertisements