Pas de malheur, pas de bonheur – Réponse à David Desjardins

Le 22 juin dernier, David Desjardins publiait dans le Voir un article où il expliquait pourquoi il n’avait aucune envie de s’attaquer à la plaquette “J’aurais voté oui mais j’étais trop petit”, à laquelle j’ai participé. Je l’ai ostiné par courriel. Il m’a gracieusement offert de publier ma réponse dans le Voir du 11 août 2011. Je l’ai trouvé swell.

Vous voulez de la substance? Moi aussi.

Sauf que là, d’un côté, il y a « les Québécois », cette masse indescriptible qui, lorsqu’elle daigne s’intéresser à elle-même, passe son temps à se trouver moche (autant dans les radios poubelles que dans les cercles d’artistes ou d’intellos) et qui regarde vers le ciel dans l’attente d’un messie substantiel. De l’autre, il y a des politiciens aux antipodes du messie politique qui, anxieusement penchés vers la foule, la sondent obsessivement pour savoir ce qu’ils doivent dire et promettre pour plaire à tout le monde.

Des deux côtés, donc, deux coquilles vides qui se regardent, en attente d’un mouvement de l’autre. Entre les deux coquilles, une cacophonie langue-de-boiesque, un chialage radiophonique, des pétitions mort-nées, un inénarrable cynisme, une profonde et écœurante sensation de creux, de faux, de pacotille, de vide, de ridicule.

C’est là que nous en sommes.

Je comprends, donc, votre démissionnaire désillusion. Mais vous avez encore au moins deux choix. Vous pouvez, bien sûr, constater une fois de plus que c’est de la merde – c’est à la mode, d’ailleurs, de tout trouver poche. C’est plus pratique. Ça nous donne une raison de nous éloigner, de nous en foutre, de faire comme tous ceux que nous accusons de confort et d’indifférence. Comme le chante Richard: « pas de malheur, pas de bonheur »…

L’autre chose que vous pouvez faire, c’est participer à amener de la substance dans au moins une des deux coquilles. Travailler doucement, avec confiance, à faire reculer le vide et à y mettre du vôtre. Évidemment, ça prend beaucoup de courage et d’humilité pour sortir des murs rassurants du cynisme et du désengagement, là où jamais nous ne mouillons notre chemise. Moi, ce courage et cette humilité-là m’émeuvent profondément. Ils balaient mon cynisme pour un moment – et si vous saviez le bien que ça fait…

« C’est étrange, quand même. Le citoyen a le sentiment d’être en marge d’une démocratie de laquelle il devrait être au centre, et son réflexe est de s’éloigner encore plus, de faire comme s’il ne se sentait plus concerné. » Je ne pouvais pas résister à l’envie de vous citer. Vous écrivez trop bien.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s